RÉGIONALE ÎLE DE FRANCE
de L'Association des Professeurs d'Histoire et Géographie

Académies de Créteil-Paris-Versailles

APHG - Ile de France

ACTIVITES DE LA REGIONALE

La Régionale IDF et l 'APHG organisent une séance aux Archives Diplomatiques sur le site de  La Courneuve,

mercredi 31 janvier 2018 à 14h30.

Le thème  " Proche et Moyen -Orient "  est en rapport avec le programme des concours , Capes et Agrégation.

La séance est ouverte aux adhérents de l 'APHG .

 Pourriez-vous  nous donner vos coordonnées  , si vous êtes intéressé-e ,  pour  faciliter l 'organisation de la séance mais également pour le contrôle des participants ? 
NB . Se munir obligatoirement de sa carte d 'identité .
Réponse attendue jusqu'au 23 décembre .

Bien à vous

                            Violeta Martinez Auriol
VOYAGES DE LA REGIONALE

4-7 mai

Bonjour,

Au printemps, Vienne propose de nombreuses expositions qui mettent en lumière

la manière dont les artistes, les scientifiques, les architectes et d'autres ont durablement marqué cette ville autour de 1900.

Au Belvédère : Klimt, le renouveau en Europe centrale,

Egon Schiele, itinéraire d'un collectionneur,

Au Wien Museum Karlsplatz : Otto Wagner " architecte métropolitain "

Et cette liste est non exhaustive.

Si vous êtes intéressé, inscrivez-vous auprès de Salaün,

le plus vite sera le mieux, la période, en effet est très demandée.

Nous avons un court délai pour confirmer les places d'avion.

Cordialement Hélène

PROGRAMME ET INSCRIPTION

 


CONFERENCES - COLLOQUES

14 décembre
=>
10 février
C'EST LA GUERRE Louis Calaferte
THEATRE

Les âmes libres auront le plaisir de présenter dès le 14 Décembre prochain, un texte autobiographique de Louis Calaferte : C'est la guerre.
 
L'enfant a onze ans en 1939, et c'est par son regard, son expérience, que, pas à pas, le spectateur va découvrir le quotidien infernal de l'Occupation, durant la seconde guerre mondiale.
De la mobilisation générale en Septembre 1939, à l'Epuration de 1945, l'enfant grandit et devient un homme.
Un témoignage d'une très grande beauté.

Ce travail, nous souhaitons le partager avec les élèves, du collège au lycée; et nous serions ravis de vous accueillir, du jeudi au samedi, à 19h45, au théâtre Essaion, 6 rue Pierre au Lard, Paris 4ème.
Des séances en matinée peuvent être organisées sur demande, auprès du théâtre.
  
Vous trouverez ci-dessous des liens vers le dossier artistique du spectacle, le dossier pédagogique et les informations de réservations.
 
A votre disposition pour toutes précisions,
Bien cordialement,
 
Les âmes libres
 
Véronique Boutonnet
Peggy Pircher
 
Nos contacts téléphoniques:
06 70 35 08 35 & 06 64 96 23 57
Les âmes libres auront le plaisir de présenter dès le 14 Décembre prochain, un texte autobiographique de Louis Calaferte : C'est la guerre.
 
L'enfant a onze ans en 1939, et c'est par son regard, son expérience, que, pas à pas, le spectateur va découvrir le quotidien infernal de l'Occupation, durant la seconde guerre mondiale.
De la mobilisation générale en Septembre 1939, à l'Epuration de 1945, l'enfant grandit et devient un homme.
Un témoignage d'une très grande beauté.

Ce travail, nous souhaitons le partager avec les élèves, du collège au lycée; et nous serions ravis de vous accueillir, du jeudi au samedi, à 19h45, au théâtre Essaion, 6 rue Pierre au Lard, Paris 4ème.
Des séances en matinée peuvent être organisées sur demande, auprès du théâtre.
  
Vous trouverez ci-dessous des liens vers le dossier artistique du spectacle, le dossier pédagogique et les informations de réservations.
 
A votre disposition pour toutes précisions,
Bien cordialement,
 
Les âmes libres
 
Véronique Boutonnet
Peggy Pircher
 
Nos contacts téléphoniques:
06 70 35 08 35 & 06 64 96 23 57

Dossier pédagogique
18 janvier

UNE EXCLUSIVITÉ CINÉ HISTOIRE :
AVANT-PREMIÈRE DU FILM LE 18 JANVIER À 20H
AU 7 PARNASSIENS


LA DOULEUR

De Emmanuel Finkiel
Adapté du texte éponyme de Marguerite Duras,
avec Mélanie Thierry, Benoît Magimel, Benjamin Biolay...
La séance aura lieu en présence du réalisateur. 
Tarif réduit pour les adhérents Ciné Histoire à jour de leur cotisation (carte Ciné Histoire demandée).



Synopsis : Juin 1944, la France est toujours sous l’Occupation allemande. L’écrivain Robert Antelme, figure majeure de la Résistance, est arrêté et déporté. Sa jeune épouse Marguerite, écrivain et résistante, est tiraillée par l'angoisse de ne pas avoir de ses nouvelles et sa liaison secrète avec son camarade Dyonis. Elle rencontre un agent français de la Gestapo, Rabier, et, prête à tout pour retrouver son mari, se met à l’épreuve d’une relation ambiguë avec cet homme trouble, seul à pouvoir l’aider. La fin de la guerre et le retour des camps annoncent à Marguerite le début d’une insoutenable attente, une agonie lente et silencieuse au milieu du chaos de la Libération de Paris.

VOIR LA BANDE ANNONCE

Cinéma Les 7 Parnassiens - 98, boulevard du Montparnasse – Paris 14e (métro : Vavin ou Edgar Quinet ; bus : 58, 82, 91) Tarif 9,80 €

 

18 janvier

Souveraineté politique vs économisme, nation vs mondialisation, identité vs universalité, religion vs laïcité, matérialisme vs métaphysique...
Comment s'y retrouver dans le grand bazar des opinions et des affrontements ? Comment dissiper la confusion intellectuelle au cœur de la crise du politique ? Sur quoi fonder la souveraineté ?

Une disputatio entre l'économiste Jacques Sapir, agnostique et souverainiste, et le philosophe Bernard Bourdin, dominicain spécialiste de théologie politique.

La crise moderne de l'autorité et de la légitimité politiques ouvre un vaste champ de réflexion fondamentale et prospective. Sur quoi fonder la souveraineté politique ? Existe-t-il une réponse exclusivement matérialiste ou la métaphysique peut-elle, au contraire, contribuer à retrouver les fondements de la légitimité du pouvoir ? La souveraineté est-elle dissociable de la nation ? La tension universelle de la religion peut-elle faire l'impasse sur la nation et l'identité ? La laïcité est-elle capable de réconcilier des approches contraires ?
 
 
Jeudi 18 janvier / 20h - 22h (ouverture des portes à 19h45)
PAF : 3 euros
Conférence débat / Séance de dédicaces / Apéritif. 
49 rue des Renaudes, Paris 17ème / Code 374A
Charles de Gaulle Etoile / Ternes / Pereire

18 janvier

Alain Moreau,
Président de la Société des Amis des Archives de France,
est heureux de vous inviter à la conférence sur :
«Léon Bloy et la violence pamphlétaire »
par Pierre Glaudes, professeur à l’université Paris-Sorbonne.
le jeudi 18 janvier 2018 à 18 heures
Archives Nationales
Hôtel de Soubise                        RSVP
60 rue des Francs-Bourgeois                        Tel : 01 40 27 62 28
75 003 Paris                        saaf.france75@gmail.com


18 janvier



La Fondation de la France Libre organise mercredi 24 janvier 2018, à 18 heures, une conférence animée par Jean-Charles Stasi, écrivain et éditeur, qui évoquera l’histoire des parachutistes français du Special Air Service durant la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement de leur rôle dans les combats de la Libération en Bretagne, dès la veille du D-Day.

A l’occasion de cette conférence, l’orateur dédicacera son livre Les Paras français du jour J (Heimdal, 2017).

Je rappelle que l’entrée est gratuite. La soirée se tiendra, comme chaque mois dans la salle des conférences, au siège de la Fondation, 16 cour des Petites-Ecuries, Paris 10e.

Les personnes intéressées doivent s’inscrire par téléphone au 01 53 62 81 82 ou par courriel à contact@france-libre.net.

18 janvier

soirée culturelle organisée par le musée de l'Ordre de la Libération sur Les Compagnons de la Libération ecclésiastiques par Gérard Bardy.
Attention, les réservations s'effectuent uniquement auprès de cette institution par mail : contact@ordredelaliberation.fr (à partir de votre messagerie)


Courageusement engagés derrière le général de Gaulle dans l'aventure de la France libre ou de la Résistance, ces quinze religieux, missionnaires, prêtres ou évêques, ont participé aux combats, sauvé des soldats sous les balles ennemies, porté la parole des Évangiles face à la barbarie nazie, organisé des réseaux clandestins, soustrait des Juifs de la déportation. Parfois jusqu'au sacrifice de leur vie. Leur foi en Dieu n'avait d'égal que leur amour de la patrie. Certains sont connus, comme Thierry d'Argenlieu, amiral de la flotte de la France Libre, ou monseigneur Jules Saliège, archevêque de Toulouse. D'autres sont restés dans l'ombre : aumônier de l'armée d'Orient à Bir Hakeim, ou auprès de Leclerc dans la 2e DB ou encore dans le commando Kieffer. En attribuant à ces « moines-soldats » la plus prestigieuse des distinctions - la Croix de Compagnon de la Libération -, le général de Gaulle a gravé à jamais dans le marbre de l'Histoire les noms de ces hommes de Dieu prêts à mourir pour la France. A partir d'archives pour la plupart jamais ouvertes, la vie de ces religieux patriotes nous est racontée de façon captivante dans un livre qui plonge le lecteur dans les grandes heures de la Seconde Guerre mondiale.

Inscription obligatoire à: contact@ordredelaliberation.fr

Accès par le 51 bis boulevard de la Tour-Maubourg à partir de 18h45.


20 janvier




Association de Géographes Français
(AGF) -
Programme de la séance du 20 janvier 2018
09h30 – 12h30 / 14h – 18h
- Institut de Géographie : 191, rue Saint-Jacques – 75005 – Paris -
(Grand Amphi)


Thème :
LES ESPACES DU TOURISME ET DES LOISIRS : ENTRE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE


Programme détaillé
20 janvier

SOCIÉTÉ D'HISTOIRE & D'ARCHÉOLOGIE DE SENLIS
Château royal, 47, rue du Châtel
60300 Senlis
Fondée en 1862 Reconnue d'utilité publique en 1877 contact@archeologie-senlis.fr www.archeologie-senlis.fr


Invitation
Samedi 20 janvier 2018 à 15 h
Salle polyvalente du Centre de Rencontre de l'Obélisque
(4 ter, Route de Creil)
CONFÉRENCE
Thérèse Levasseur, compagne de Jean-Jacques Rousseau
Conférence donnée Jean-Marc Vasseur, responsable culturel et pédagogique
de l'Institut de France à l'abbaye de Chaalis-Musée Jacquemart-André.
Toujours dans l’ombre de Jean-Jacques Rousseau, n’est-il pas justice enfin de mettre en lumière celle qui, d’une manière ou d’une autre, eut une influence sur son « grand homme ». Au XIXe siècle, il s’en fallut de peu que les cendres de Thérèse Levasseur ne disparaissent définitivement. Ce n’est que par l’entremise d’un journaliste isarien passionné, qui avait fait du Plessis-Belleville un centre de commémoration rousseauiste, que fut érigé tardivement, en 1908, le monument funéraire de Thérèse dans le cimetière du village. Ce journaliste se nommait Auguste Castellant. L’évoquer, c’est faire en quelque sorte, la commémoration d’un commémorateur mais surtout l’histoire d’un homme de lettres militant avec ses croyances, ses passions et ses actions.



21 janvier

Journée internationale en mémoire des victimes de l'Holocauste

Programmation autour du 27 janvier à l'Auditorium du Mémorial de la Shoah

Rencontre
L’amour après
(À l’occasion de la parution de L’amour après de Marceline Loridan-Ivens, éd. Grasset, 2018)
Rencontre


Le Juif qui savait
(À l’occasion de la parution du Juif qui savait.wilno-Jérusalem: la figure légendaire d’Abba Kovner (1918-1987) de Dina Porat éd. Le Bord de l’eau, 2017. Avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah)
 

Rencontre

Messagers du désastre : Raphaël Lemkin et Jan Karski

(À l’occasion de la parution de Messagers du désastre : Raphaël Lemkin, Jan Karski et les génocides d’Annette Becker, éd. Fayard, 2018)



23 janvier

Cycle « Les Mardis de l’École des chartes », À venir

Lettres d’Amérique de Nathalie Sarraute

Mardi 23 janvier 2018 à 17 h 00

Débat autour de l'édition par Olivier Wagner (prom. 2010) et Carrie Landfried des Lettres d'Amérique, avec Mireille Calle-Gruber, écrivain, professeur de littérature et esthétique à La Sorbonne Nouvelle, dans le cadre du cycle « Les Mardis de l’École des chartes ».

→ en savoir plus
24 janvier

La Fondation de la France Libre organise mercredi 24 janvier 2018, à 18 heures, une conférence animée par Jean-Charles Stasi, écrivain et éditeur, qui évoquera l’histoire des parachutistes français du Special Air Service durant la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement de leur rôle dans les combats de la Libération en Bretagne, dès la veille du D-Day.

A l’occasion de cette conférence, l’orateur dédicacera son livre Les Paras français du jour J (Heimdal, 2017).

l’entrée est gratuite. La soirée se tiendra, comme chaque mois dans la salle des conférences, au siège de la Fondation, 16 cour des Petites-Ecuries, Paris 10e.

Les personnes intéressées doivent s’inscrire par téléphone au 01 53 62 81 82 ou par courriel à contact@france-libre.net.

25 janvier

Séance pour le CNRD 2018

25 Janvier 2018
Auditorium de l'Hôtel de ville de Paris

Thème :

« S’engager pour libérer la France »

Cine Histoire organise le 25 janvier prochain sa séance traditionnelle de soutien aux élèves préparant le concours National de la Déportation et de la Résistance. Cette séance aura lieu à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris de 14h à 17h avec la participation de M. Serge Barcellini Président Géneral du Souvenir français.

Comme à l’accoutumée, le thème de l’année : « s’engager pour libérer la France » sera illustré par des extraits de films, et des archives vidéos très peu connues et presque inédites.(Christian Pineau ; Joseph Epstein, chef de Manouchian ; Lucie et Raymond Aubrac ; Romain Gary ) Stéphane Hessel... Elles seront entrecoupées par les témoignages de résistants présents. Les élèves pourront ainsi poser des questions aux témoins et ils auront des pistes de travail

Le plan sera le suivant :

pourquoi s’engage-t-on ?
qui s’engage ?
comment arrive-t-on à s’engager
que fait-on de cet engagement ?

Le programme détaillé sera adressé sur demande aux professeurs qui souhaitent assister avec leurs élèves.

Pensez à vous inscrire à temps avec vos élèves.

CINÉ HISTOIRE
8 rue Dupleix 75015 Paris
E-mail : cinehistoire2@gmail.com
Site internet : www.cinehistoire.fr


25 - 27 janvier

Recherche

François Ploton-Nicollet, professeur de langue et littérature latines et de codicologie à l'École, coorganise le colloque « Poésie, bible et théologie de l’Antiquité tardive au Moyen Âge (IVe-XVe s.) », avec l'Université de Strasbourg, la Faculté de théologie catholique et le Laboratoire de…

→ en savoir plus
26 janvier

Les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles

La France et l’Italie entretiennent des relations très étroites depuis une époque lointaine. Au fil des siècles, les multiples échanges entre les deux pays ont favorisé la constitution d’un fonds patrimonial extrêmement riche et varié qui demeure cependant peu connu du grand public. Ce cycle de conférences porte sur des moments clés de l’histoire de la péninsule aux XIXe-XXesiècles.

François-Mitterrand – Salle 70

Quai François-Mauriac - Paris 13e

Entrée libre

vendredi 26 janvier 2018 18h30-20h00
L’émigration italienne en France aux XIXe et XXe siècles
Par Marie-Claude Blanc-Chaléard, université Paris Ouest Nanterre-La Défense.
Pour plus d'informations :programme cycle relations franco-italiennes

28 janvier


Journée internationale en mémoire des victimes de l'Holocauste

Programmation autour du 27 janvier à l'Auditorium du Mémorial de la Shoah

Témoignage

Les derniers témoins face à la caméra

Projections des épisodes inédits (Hello Prod, 2017-2018. Avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah).

Projections en avant-première mondiale

Les quatre soeurs de Claude Lanzmann

(France, documentaire, Synecdoche, Arte, 2017)


1er décembre
=>
28 janvier

5 ans après sa création, la Manufacture des Abbesses a le plaisir d’accueillir à nouveau LE NAZI ET LE BARBIER, adaptation au théâtre du roman d’Edgar Hilsenrath par Tatiana Werner et David Nathanson. Ce  duo éclectique bien connu de la Manufacture (« D’autres vies que la mienne » en 2015) réinvestira les lieux du 1er décembre 2017 au 28 janvier 2018 pour une ultime série de représentations en France – une dernière opportunité de voir ou revoir la pièce, à ne pas manquer !

Max Schulz - fils bâtard mais aryen pure souche - raconte son histoire.
Comment il se lie d'amitié avec Itzig Finkelstein, jeune juif et fils de barbier qui devient comme son frère.
Comment, quelques années après, il s'engage dans la SS et devient un Nazi exemplaire.
Comment il devient le bourreau de son propre ami Itzig Finkelstein et de sa famille.
Comment à la fin de la guerre, et pour échapper à la dénazification, il prend l'identité de son ami d'enfance et devient juif aux yeux de tous.
Comment il embarque ensuite pour la Palestine et vit pleinement l'aventure du Sionisme.
Comment jusqu'à la fin de sa vie, il porte le fardeau de sa culpabilité et de
sa trahison et emporte son secret jusque dans sa tombe.

Sous la direction de Tatiana Werner, David Nathanson déploie son énergie électrique et ses talents de conteur en un seul en scène acide et réaliste, récit déjanté et fidèle au sens du grotesque de l’auteur. Une mise en scène sobre et sans fioritures où David Nathanson s’épanouit, transcendant avec beaucoup d’ironie l’histoire et les personnages monstrueux de l’œuvre d’Edgar Hilsenrath.

Il est possible d’appliquer des tarifs préférentiels aux groupes scolaires et étudiants.
Réservations : 0142334203 / resa@manufacturedesabbesses.com / www.manufacturedesabbesses.com


30 janvier

 
Centre Jean-Mabillon, Colloque et journée d'étude

Testaments de Poilus : transcription collaborative en ligne

Mardi 30 janvier 2018 de 14 h 00 à 19 h 00

L'École coorganise la demi-journée de conférences et d'ateliers pour présenter le corpus des testaments, les enjeux de leur transcription et les étapes de la préparation d’une édition électronique. Des ateliers en petits groupes permettront d’assister à une présentation détaillée de la plateforme…

→ en savoir plus
31 janvier

CERCLE D’ÉTUDE DE LA DÉPORTATION ET DE LA SHOAH

Le Dr Adélaïde Hautval n’a rien cédé

En mai 1942, la protestante Adélaïde Hautval (1906-1988) s’est émue du sort des juifs. Les nazis lui ont répondu : « Puisque vous les défendez, vous partagerez leur sort ! »

Elle a été déportée à Auschwitz puis Ravensbrück. Dans ces enfers, elle fut médecin et résistante et a dit non à Mengele. Elle a été reconnue Juste parmi les Nations.

Conférence de Maryvonne Braunschweig
Professeur agrégé d’histoire, secrétaire générale du Cercle d’étude

et Hélène Hautval nièce d’Adélaïde Hautval

Mercredi 31 janvier 2018 à 14h30

Mairie du XIe arrondissement

Salle des Fêtes

12 Place Léon Blum – 75011 PARIS 
(Métro Voltaire ligne 9)

ENTRÉE LIBRE

Renseignements :     Site: http://www.cercleshoah.org         Courriel : nicole.mullier@clionautes.org

 

1er février

La SAMA (Société des amis du musée de l'Armée) organise le 1er février 2018 à 14h30 dans l'auditorium Austerlitz une conférence 

Clemenceau, chef de guerre
par Samuël Tomei

(http://www.musee-armee.fr/programmation/conferences-et-colloques/detail/clemenceau-chef-de-guerre.html)
Réservation obligatoire par courriel :  sama-activites@sfr.fr (à partir de votre messagerie) ou  au 01 47 53 83 29   (du mardi au jeudi, 10h-17h)

Message de l'équipe de la Sama : Les inscriptions reçues ne donnent pas lieu à réponse, sauf absence de place. Il est donc inutile de demander une confirmation. Une inscription génère une présence.


3 février

LES RENDEZ-VOUS CINÉ HISTOIRE

DÉCOUVREZ NOTRE NOUVEAU CYCLE :

"D’UNE GUERRE À D’AUTRES"

Une guerre ne reste jamais isolée ! Elle en induit toujours d’autres et laisse des traces culturelles et psychologiques quasi indélébiles sur ceux qui l’ont vécue. Ce sera le thème de ce cycle qui nous mènera en Russie, en Pologne et en Allemagne.

Phoenix De Christian Petzold

13 février

SEANCE GRATUITE DE 9 HEURES A 12 HEURES
AU CINEMA LE SAINT GERMAIN DES PRES - SALLE BEAUREGARD
22, RUE GUILLAUME APOLLINAIRE - 75006 PARIS


Réservations à MEMOIRE 2000 : Tel 01 46 44 57 21
e.mail : memoire.2000@sfr.fr - Blog : memoire2000.org
Le nom des débatteurs sera communiqué ultérieurement
(programme établi en juin, sous réserve de changements indépendants de notre volonté)


LA CONTROVERSE DE VALLADOLID

Film de Jean-Daniel Verhaeghe
France - 1991 - 90’
Avec J.L. Trintignant, J.P. Marielle, Jean Carmet...
Débatteur :

LES DROITS DE L’HOMME

Au XVIe siècle, soixante ans après la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, règne sur l’Espagne Charles Quint qui convoque une assemblée sous l’égide du légat pontifical, afin de débattre de la question fondamentale : les indigènes indiens, dont elle a colonisé les territoires, ont-ils une âme ? Tel est l'objet du debat public qui oppose en 1550, à Valladolid, capitale de l'Espagne, le chanoine Sepulveda et le dominicain Las Casas.

9 mars

Les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles

La France et l’Italie entretiennent des relations très étroites depuis une époque lointaine. Au fil des siècles, les multiples échanges entre les deux pays ont favorisé la constitution d’un fonds patrimonial extrêmement riche et varié qui demeure cependant peu connu du grand public. Ce cycle de conférences porte sur des moments clés de l’histoire de la péninsule aux XIXe-XXesiècles.

François-Mitterrand – Salle 70

Quai François-Mauriac - Paris 13e

Entrée libre

vendredi 9 mars 2018 18h30-20h00
Les relations franco-italiennes dans le deuxième après-guerre : de 1947 à nos jours
Par Alessandro Giacone, maître de conférences HDR en histoire contemporaine, université de Grenoble-Alpes.

Pour plus d'informations :programme cycle relations franco-italiennes
16 - 19 mars SALON DU LIVRE


Communiqué de presse
20 mars

SEANCE GRATUITE DE 9 HEURES A 12 HEURES
AU CINEMA LE SAINT GERMAIN DES PRES - SALLE BEAUREGARD
22, RUE GUILLAUME APOLLINAIRE - 75006 PARIS


Réservations à MEMOIRE 2000 : Tel 01 46 44 57 21
e.mail : memoire.2000@sfr.fr - Blog : memoire2000.org
Le nom des débatteurs sera communiqué ultérieurement
(programme établi en juin, sous réserve de changements indépendants de notre volonté)


 


Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme
24 JOURS
Film d’Alexandre Arcady
France - 2014 - 110’
Avec Zabou Breitman, Palcal Elbé, Jacques Gamblin...
Débatteur :




6 avril

Le Comité National Français de Géographie a lancé le projet « La Nuit de la Géographie », dont la première édition s’est tenue le vendredi 31 mars 2017 à Paris et dans de nombreuses autres villes, sur tout le territoire français. La seconde édition se tiendra le vendredi 6 avril 2018 et aura une échelle européenne.

Objectifs généraux

L’objectif de cette manifestation est de mieux faire connaître et de mettre en valeur la géographie et les géographes, et de rendre accessible la recherche en faisant découvrir le monde au travers des regards du géographe. Dans ce but, les diverses manifestations proposées sont, dans la mesure du possible, gratuites et ouvertes au grand public, et animées dans un esprit d’ouverture et de convivialité.

Les événements s’adressent aux géographes de l’enseignement supérieur et du secondaire, aux étudiant.e.s et élèves et à leur famille, aux associations, aux acteurs institutionnels et professionnels, et plus généralement à toutes les personnes intéressées par la géographie !

Des événements variés

Les événements ont lieu le soir et la nuit, de manière à accueillir un public varié et non seulement académique, et pour mettre l’accent sur les aspects insolites, parfois ludiques, sans doute méconnus, de la géographie. En fonction des villes et des associations organisatrices, les  événements ont lieu en intérieur (ateliers, expositions, parcours, conférences…) et/ou en extérieur : promenades urbaines nocturnes, géographiques, diverses et inattendues.

Les animations en intérieur permettent à un public varié de se retrouver dans un même lieu et d’échanger autour d’ateliers extrêmement variés, des plus académiques (conférences, débats libres…) aux plus conviviaux : dégustations, parcours multi-sensoriels, performances dans l’espace engageant le public… La géographie est présentée dans ses aspects les plus divers, des systèmes d’information géographique avec l’utilisation de logiciels performants, à la présentation de métiers inattendus, de l’étude de cartes anciennes à la discussion autour de rêves et de projets fous…

Les promenades nocturnes permettent de faire découvrir un aspect souvent méconnu et pourtant à la base des métiers de la géographie : les excursions de terrain, dans toute leur variété. Analyse des perceptions et des représentations, repérages de terrain, réalisation de croquis, recueil de témoignages, parcours photographique… tous les sens sont mobilisés, et la compréhension des lieux se modifie sous le regard des participant.e.s !


10 avril

SEANCE GRATUITE DE 9 HEURES A 12 HEURES
AU CINEMA LE SAINT GERMAIN DES PRES - SALLE BEAUREGARD
22, RUE GUILLAUME APOLLINAIRE - 75006 PARIS


Réservations à MEMOIRE 2000 : Tel 01 46 44 57 21
e.mail : memoire.2000@sfr.fr - Blog : memoire2000.org
Le nom des débatteurs sera communiqué ultérieurement
(programme établi en juin, sous réserve de changements indépendants de notre volonté)


NI PAILLASSONS, NI PROSTITUEES
Documentaire de Michèle Dominici
France - 2011 - 52’

Débatteur :

LE DROIT DES FEMMES
C’est l’histoire d’une révolution passée sous silence, d’une lutte acharnée afin d’obtenir l’impensable à l’époque : le droit de voter.
Ce documentaire propose de suivre le combat de cinq de ces femmes qui ont consacré leur vie à ce combat indispensable...


15 mai

SEANCE GRATUITE DE 9 HEURES A 12 HEURES
AU CINEMA LE SAINT GERMAIN DES PRES - SALLE BEAUREGARD
22, RUE GUILLAUME APOLLINAIRE - 75006 PARIS


Réservations à MEMOIRE 2000 : Tel 01 46 44 57 21
e.mail : memoire.2000@sfr.fr - Blog : memoire2000.org
Le nom des débatteurs sera communiqué ultérieurement
(programme établi en juin, sous réserve de changements indépendants de notre volonté)


SA MAJESTE DES MOUCHES
Film de Peter Brook
USA - 1963 - 92’
Avec James Aubrey, Nocholas Hammond, Hugh Edwards...
Débatteur :

FRAGILITE DE LA DEMOCRATIE

Une alerte nucléaire conduit les autorités anglaises à procéder à l'éva­cuation des écoles. Un avion transportant des enfants et quelques adultes s'écrase sur une île déserte. Seuls les enfants survivent. Livrés à eux-mêmes, ils tentent de s'organiser. Mais les personnalités antagonistes de deux d'entre eux entraînent la formation de clans...


SEMINAIRES

 

Préparation à distance à l’agrégation externe d’histoire
à l’Université Paris Nanterre

Depuis l’année 2016-2017, l’Université de Paris Nanterre propose une préparation à distance à l’agrégation externe d’histoire. Les étudiants inscrits ont accès aux cours (18 séances de trois heures par question) captés en vidéo et mis en ligne sur des espaces de cours, peuvent dialoguer avec leurs enseignants sur des forums, rendre des exercices et des devoirs de concours blanc et passer des oraux blancs au moyen du système Big Blue Button.

Cette formation répond à une demande importante, comme en témoigne le nombre d’inscrits lors de cette première année de préparation, qui s’est élevé à 34. Les premiers résultats, en attendant ceux des oraux, sont très encourageants : deux admissibilités à l’agrégation d’histoire, une à celle de géographie et sept au capes externe d’histoire-géographie.

La préinscription, qui n’engage est rien, se fait par l’intermédiaire de l’application e-candidat https://ecandidat.u-paris10.frqui est ouverte jusqu’au 15 juin et fera l’objet d’une réouverture à la fin du mois d’août. Dans l’intervalle et pour toute question, il faut contacter Robinson Baudry (robinson.baudry@sfr.fr).

 

Le séminaire permanent de l’AFRHC « Nouvelles recherches sur l’histoire du cinéma » :

Après l’organisation de deux colloques internationaux en 2015 et 2016, qui ont permis de dresser un état des lieux des recherches sur l’histoire du cinéma et des méthodologies mises en œuvre, l’AFRHC crée un séminaire permanent qui se tiendra à l’INHA, une fois par mois le vendredi de 18 h à 20 h. Ouvert à tous, chercheurs, étudiants, doctorants, archivistes, responsables de collections, amateurs, ce séminaire aura l’ambition d’accueillir les recherches les plus récentes (non encore publiées), menées en France et à l’étranger, sur l’histoire du cinéma. Il est envisagé comme un lieu de discussion et d’échange, notamment sur les principes épistémologiques mobilisés par ces recherches.

Le séminaire est organisé par Laurent Le Forestier (Université de Lausanne), Valérie Pozner (CNRS) et Guillaume Vernet (Rennes 2).

Horaires : le vendredi de 18 h à 20 h

Lieu : Institut national d’histoire de l’art (INHA)

2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, Paris 2e.

Salle : Fabri de Peiresc (rdc)


Prochaine séance du séminaire de
> l’AFRHC – Dimitri Vezyroglou

Depuis une vingtaine d’années, l’histoire du cinéma s’est enrichie d’une approche issue de la discipline historique : l’histoire culturelle. Cette intervention tentera d’en définir les intentions épistémologiques et les propositions méthodologiques, et de la situer dans le paysage historiographique aujourd’hui largement renouvelé de l’histoire française du cinéma.

Dimitri Vezyroglou est maître de conférences en histoire du cinéma à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR d’histoire de l’art et archéologie, EA HiCSA (Histoire culturelle et sociale de l’art). Il est notamment l’auteur de Le Cinéma en France à la veille du parlant. Un essai d’histoire culturelle (CNRS Editions, 2011), et co-anime, depuis 2000, le séminaire de recherche “Histoire culturelle du cinéma” (IHTP-CNRS/HiCSA-Paris 1).



 

 

 



Calendrier des formations 2017-2018

 

2018

→ En savoir plus


 

INFORMATIONS  MUSEES

2018


PROGRAMMATION 2018

MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

JEAN FAUTRIER, ZAO WOU-KI, MOHAMED BOUROUISSA, MARTIN MARGIELA, VINCENT VAN GOGH, KEES VAN DONGEN, PIET MONDRIAN, ANTOINE BOURDELLE, FERNAND KHNOPFF, JEAN-JACQUES LEQUEU, HUBERT DUPRAT...

MUSÉE D’ART MODERNE DE LA VILLE DE PARIS ■ PETIT PALAIS, MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE LA VILLE DE PARIS ■ MAISON DE BALZAC ■ MUSÉE BOURDELLE ■ MUSÉE CARNAVALET, HISTOIRE DE PARIS ■ CATACOMBES DE PARIS ■ CRYPTE ARCHÉOLOGIQUE DE L'ÎLE DE LA CITÉ ■ MUSÉE CERNUSCHI, MUSÉE DES ARTS DE L’ASIE DE LA VILLE DE PARIS ■ MUSÉE COGNACQ-JAY, LE GOÛT DU XVIIIe ■ PALAIS GALLIERA, MUSÉE DE LA MODE DE LA VILLE DE PARIS ■ MUSÉE DU GÉNÉRAL LECLERC DE HAUTECLOCQUE ET DE LA LIBÉRATION DE PARIS / MUSÉE JEAN MOULIN ■ MAISON DE VICTOR HUGO ■ MUSÉE DE LA VIE ROMANTIQUE ■ MUSÉE ZADKINE ■

 

 

Entrée gratuite pour les lycéens et apprentis d'Ile-de-France

 
 

> Enseignants, directeurs de lycée ou CFA d’Ile-de-France, faites découvrir le musée de la Grande Guerre à vos élèves gratuitement*.

> Pour l’année scolaire 2017/2018, avec le soutien du Conseil Régional d’Ile-de-France, le musée de la Grande Guerre renouvelle l'accueil gratuit des élèves et des enseignants et propose un programme pédagogique sur-mesure. Ces derniers pourront ainsi profiter de visites guidées, ateliers et visiter le circuit des champs de bataille. 
Nouveauté : les visites à distance sont également comprises dans l'offre !

> Découvrez vite le programme pédagogique 

>  Inscrivez-vous dès maintenant

 
* Hors visites libres – Frais de transport à la charge du Lycée/CFA. 

> Contact réservation scolaire - Tél. 01 60 32 10 45
reservation.museedelagrandeguerre(arobase)meaux(point)fr



 

Les débuts du partenariat Val-d'Oise - japon


A l'occasion des trente ans du partenariat entre le Val-d'Oise et la Préfecture d'Osaka, les archives départementales présentent une galerie d'images issues de leurs fonds d'archives contemporaines. 

Une volonté du Président du Conseil général Pierre Salvi en 1984


Le 18 octobre 1984, accompagné de douze personnes (élus, entrepreneurs, Comité départemental du tourisme et des loisirs), il se déplace pour la première fois à Osaka à l'occasion de la Grande exposition des régions françaises à Tokyo. C’est la première initiative du département pour chercher à implanter des entreprises étrangères sur son territoire.


Un partenariat dans des domaines variés

Depuis, le Comité départemental du tourisme et des loisirs, le Comité d’expansion économique du Val-d’Oise et les acteurs publics et privés entretiennent des liens réguliers avec la province d’Osaka mais aussi avec d’autres régions nippones. Les collectivités locales sont depuis le début très engagées à leur côté et, chaque année, une délégation valdoisienne se déplace à Osaka pour entretenir et développer des partenariats économiques, scientifiques et culturels. Ainsi des relations économiques, scientifiques, culturelles et sportives se sont nouées.

Des fonds d'archives très récents

Au travers d'une sélection faite parmi les centaines de documents versés par certains services du Conseil général pour les années 1980-2000 et de la presse locale, les actions engagées montrent la volonté politique impulsée par le Président Salvi réaffirmée par ses successeurs, Jean-Philippe Lachenaud puis François Scellier. L'histoire de ce partenariat se poursuivra au fur et à mesure des versements pour conservation pérenne des archives publiques postérieures aux années 2000.

Retrouvez la galerie d'images en cliquant ici

Ou en allant sur : www.archives.valdoise.fr / Je découvre les archives / Galeries / Thème Société.

 

3 des conférences du cycle Ombres et lumières des guerres secrètes ont été mises en ligne sur le site internet du musée de l'Armée. Vous pouvez les écouter grâce aux liens ci-dessous (appuyer sur la flèche positionner sur l'image)
http://www.musee-armee.fr/actualites/cette-semaine-au-musee/detail/jacques-foccart-le-pere-joseph-de-la-republique.html
http://www.musee-armee.fr/actualites/cette-semaine-au-musee/detail/les-services-secrets-britanniques-pendant-la-seconde-guerre-mondiale.html
http://www.musee-armee.fr/actualites/cette-semaine-au-musee/detail/mata-hari-ou-le-badinage-fatal.html

EXPOSITIONS

 

Dossier de presse sur la rénovation du musée Carnavalet

A partir du 13 octobre

DEUX MESSAGERS DU BOUT DU MONDE ACCUEILLIS AU MUSÉE DE L'HOMME


Une pirogue et une parure ont fait un très long voyage avant de prendre place au Musée de l’Homme. La pirogue est issue du coeur de la forêt amazonienne équatorienne et les éléments de la parure viennent des hautes terres de Papouasie-Nouvelle Guinée. Ces deux « manifestes » ont en commun de provenir de forêts primaires menacées et sont porteurs des messages des peuples autochtones dont ils sont issus.

Les 2 ambassadeurs de ces peuples remettront le 13 octobre à 11h30 à Bruno David, Président du Muséum national d'Histoire naturelle, ces précieux objets, qui seront par la suite exposés dans la galerie d’accueil.


13 décembre
=>

A partir du 13 décembre, grâce à la refonte complète de son parcours révolutionnaire et la mise en place d’un HistoPad, le Centre des monuments nationaux invite à (re)découvrir la Conciergerie !

Après la restauration et l’ouverture de ses cuisines en juin dernier, le Centre des monuments nationaux (CMN) poursuit la mise en lumière de la Conciergerie afin d’offrir une visite augmentée et enrichie de ce monument majeur situé au cœur de l’Ile de la Cité.

À partir du 13 décembre, la Conciergerie présentera un nouveau parcours révolutionnaire, mêlant des informations sur la Révolution, des dispositifs multimédias et un chantier des collections. De façon simultanée, le CMN proposera aux visiteurs de découvrir les salles médiévales et révolutionnaires de la Conciergerie ainsi que des espaces aujourd’hui disparus avec l’HistoPad, outil de médiation numérique permettant de remonter le temps grâce à la réalité augmentée, des reconstitutions 3D et des fonctionnalités interactives.

Communiqué de presse

 

Objet du mois

Une exceptionnelle tombe féminine du Néolithique ancien à Cys-la-Commune (Aisne)

Située à une vingtaine de kilomètres de Soissons, la tombe de Cys-la-Commune a été sauvegardée bien avant que la loi relative à l'archéologie préventive ne soit en vigueur. En effet, des archéologues professionnels comme amateurs se sont dressés contre sa destruction en 1969, alors qu'elle se trouvait sur l'exploitation d'une carrière de sable. Elle est alors coffrée sur place afin d'être déposée au musée d'Archéologie nationale où elle sera seulement dégagée et non fouillée. Ainsi la sépulture garde son contexte archéologique.

Par le lien suivant, http://zephyrin.culture.fr/download.php?file=841fcdb4b6bc2e8c9fcc4950e69b834d
vous pourrrez télécharger les photos de cette sépulture.

Communiqué de presse
1er juillet
=>

OUVERTURE AU PUBLIC

DU CABINET DE CURIOSITÉS

DE L’HÔTEL SALOMON DE ROTHSCHILD

À PARTIR DU 1er JUILLET 2017 POUR LES GROUPES

ET DU 2 SEPTEMBRE 2017 POUR LES INDIVIDUELS

 

À compter du 1er juillet 2017, la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques ouvre le cabinet de curiosités de l’Hôtel Salomon de Rothschild, à Paris.

 

En 1922, la baronne Adèle de Rothschild s’éteint à Paris dans l’Hôtel Salomon de Rothschild, situé rue Berryer dans le 8e arrondissement. Elle lègue à l’État sa luxueuse demeure et ses collections, pour partie affectées à la Fondation Salomon de Rothschild créée en faveur des artistes vivants. Elle précise cependant, dans son testament, que son cabinet de curiosités devra être conservé intact, comme le témoin de son goût pour les arts. Ce lieu insolite, qui conserve des collections étonnantes, s’offre pour la première fois à la découverte des visiteurs.

Le cabinet de curiosités est l’écrin des collections rassemblées par le baron Salomon de Rothschild avant son décès prématuré en 1864. Sa jeune épouse, Adèle de Rothschild, continue ensuite à acquérir des œuvres d’art. Elle fait construire, entre 1874 et 1878, un hôtel particulier dans la plaine Monceau, dans lequel le cabinet trouve une place d’exception.

Le statut éminemment artistique du lieu est symbolisé par son riche décor de vitraux anciens, par des cuirs de Cordoue qui garnissent les murs et une tapisserie du XVIIe siècle qui orne le plafond. À l’intérieur, des vitrines conservent des collections qui vont de l’Antiquité au début du XXe siècle, provenant principalement d’Europe, d’Asie et d’Orient. Parmi les objets conservés se trouvent un ensemble important de jades chinois sculptés, de la porcelaine ancienne française et chinoise, des armes occidentales et orientales, mais aussi des sculptures de la Renaissance et du XIXe siècle, comme L’orpheline alsacienne d’Auguste Rodin. Des tableaux et des dessins du XIXe siècle, exécutés par Eugène Delacroix, Ary Scheffer, Alexandre-Gabriel Decamps ou Eugène Lami, sont exposés pour la première fois, autour du cabinet de curiosités.

Ce lieu précieux et intime sera dorénavant régulièrement accessible au public, à travers une visite-conférence au cours de laquelle l’histoire du lieu et de ses propriétaires sera retracée et la beauté des œuvres soulignée.

Dossier de presse

 

Guerre de 1870 - Commune de Paris de 1871

Un nouvel accrochage 

au musée d’art et d’histoire de Saint-Denis

Le musée d’art et d’histoire de Saint-Denis consacre 4 salles d'exposition permanente à la Guerre de 1870 et à la Commune de Paris de 1871, la Ville de Saint-Denis possèdent le fonds le plus important au monde sur la Commune de Paris de 1871 réparti entre le musée d’art et d’histoire, les archives municipales et la médiathèque centrale.

Un nouvel accrochage 
 

La collection du musée sur la Guerre franco-prussienne et la Commune de 1871 a fait l’objet d’un chantier, qui s’est déroulé d’octobre 2016 à mai 2017 selon quatre axes de travail : rénover l’espace d’exposition et l’accrochage permanent, terminer le récolement des 15 000 objets, restaurer et étudier les œuvres. 

Communiqué de presse


21 septembre
=>
13 janvier
La guerre d'Indochine
Un photographe à contre-emploi
par Willy Rizzo 
- Studio Willy Rizzo - 12 rue de Verneuil (Paris 7)

Le studio Willy Rizzo présente pour la première fois une rétrospective de 34 photos argentiques originales des reportages en 1950 et 1952 en Indochine.
 
Envoyé en Indochine en 1950 et 1952 pour couvrir les « incidents », Willy Rizzo travaille avec un Leïca doté d'un objectif 35 mn, de 2 Rollei-flex, 4 flashs électroniques avec extension, une Linhoff avec un 80 mn et un pied. Il théâtralise le conflit, la guerre n'est qu'une suite de moments de préparation, une série d'attentes. Ses photos déplaisent et agacent le commandement, qui les considère « spectaculaires ».
 
Ces photos sont le reflet d'une époque, de lieux, de l'Histoire. Willy Rizzo photographie l'armée française mais également les villes, les visages, les cadoïstes, les prisonniers malgré l'interdiction, la tension lors des couvres-feu…
 
Ces 34 photos originales sont vendues en tirages argentiques noir et blanc ou couleur en édition signée et numérotée,  limitées à 8 exemplaires.

Communiqué de presse
4 décembre
=>
13 janvier

Le musée Carnavalet-Histoire de Paris présente « GOUVERNER AVEC LA PEUR : LA TERREUR (1793-1794) », à la Galerie Soufflot de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, du 4 décembre prochain au 13 janvier 2018.

Sous le commissariat de Jeanne-Laure Le Quang et Guillaume Mazeau, enseignants en Histoire Moderne, et des étudiant-e-s d’Histoire à l’Université Paris Panthéon-Sorbonne, l’exposition pose la question des affects dans le gouvernement des sociétés, et montre comment la Première République (1792-1804) s’est construite au milieu des peurs collectives.

Le contenu développé par les étudiant-e-s en histoire est illustré tout au long de l’exposition par des peintures, gravures, dessins du musée Carnavalet-Histoire de Paris, qui détient la plus grande collection au monde consacrée à la Révolution française.


Le communiqué de presse est disponible en cliquant ici


Un site Internet dédié et spécialement développé par les étudiant-e-s viendra enrichir l’exposition avec des contenus inédits :  
Pour le découvrir : www.gouvernerpeur.fr  


Je reste joignable pour toute demande. Dans l’attente de vous lire et du plaisir de vous retrouver prochainement au vernissage,


13 juin
=>
14 janvier


 

 

EXPOSITION
VALERIAN ET LAURELINE
En mission pour la Cité
Du 13 juin 2017 au 14 janvier 2018 

Cité des sciences et de l’industrie
>

 
La Cité des sciences et de l’industrie présente du 13 juin 2017 au 14 janvier 2018 l’exposition Valérian et Laureline en mission pour la Cité, consacrée aux aventures de ces deux agents spatio-temporels imaginés en 1967 par Jean-Claude Mézières (dessin) et Pierre Christin (scénario). Une occasion unique de décoder scientifiquement un univers singulier et foisonnant qui a conquis, au fil du temps et des aventures de leurs deux héros, un public de plus en plus nombreux. Cette oeuvre prend place au XXVIIIe siècle et dévoile un univers singulier, tiré de l’imagination fertile de ses deux créateurs. Les personnages y sont fabuleux, les civilisations extraordinaires, les inventions excentriques, et pourtant, les sujets soulevés – la mondialisation, le changement climatique, le racisme ou encore les totalitarismes – sont étonnamment actuels.
 
À travers une quarantaine de planches originales et des reproductions magnifiées, l’exposition donne à contempler l’oeuvre elle-même, et propose un dialogue entre Pierre Christin et trois scientifiques : Roland Lehoucq (astrophysicien), Alain Musset (géographe), et Jean-Sébastien Steyer (paléontologue), sur des sujets aussi variés que l’Univers, la civilisation, le sociopolitique ou encore la faune et la flore. Dans une scénographie immersive organisée en six alcôves autour d’une salle de projection, les planches se dévoilent aux visiteurs, notamment grâce à l’utilisation de la réalité augmentée et virtuelle.
 
D’ici et de là surgissent alors créatures et vaisseaux de la série dessinée grâce à l’application dédiée téléchargeable sur smartphone. Pendant et après la visite, l’application offre également un décodage scientifique en réalité augmentée. Une application qui permet également de savourer le dessin original de Mézières pour l’exposition ! Un flash sur le QR code, et l’affiche s’anime.
 
L’exposition, ouverte à tous à partir de 10 ans, entre dans la ligne de programmation Chemins de traverse. Elle est réalisée avec le soutien de BNP Paribas, en collaboration avec Dargaud.


TÉLÉCHARGER LE COMMUNIQUÉ DE PRESSE SUR CE LIEN
 
TÉLÉCHARGER L'AFFICHE EN RÉALITÉ AUGMENTÉE ICI
 
26 septembre
=>
14 janvier



Chrétiens d'Orient. Deux mille ans d'histoire
 

L'exposition « Chrétiens d'Orient. Deux mille ans d'histoire » éclaire l'histoire d'une communauté plurielle et son rôle majeur au Proche-Orient, aux plans tant politique et culturel que social et religieux. Au fil du parcours, des chefs-d'œuvre du patrimoine chrétien sont à découvrir, dont certains montrés en Europe pour la première fois.

 
En savoir plus

DOSSIER DE PRESSE
=>
14 janvier



Copier Caravage | Madeleine en extase

Jusqu’au 14 janvier | Musée d’Art et d’Archéologie

 

Dans le cadre du projet « Heures italiennes, un voyage dans l’art italien des Primitifs au Rococo », le musée de Senlis dévoile pour la première fois une copie du célèbre tableau perdu du Caravage, Madeleine en extase. L’œuvre, qui a bénéficié d’une importante restauration, est exposée à côté de répliques et de variantes, témoins de la fortune critique de l’original auprès des maîtres français et flamands du XVIIe siècle.

 

Cette confrontation permet d’aborder la question de la duplication et celle du thème de la Madeleine. Elle met aussi en lumière le difficile exercice que constitue l’attribution d’un tableau à une école picturale.

Du mercredi au dimanche, de 10h à 13h et de 14h à 18h, droits d'entrée du musée.

18 octobre
=>
15 janvier


François Ier et l’art des Pays‑Bas

Grand mécène et amateur d’art italien, le roi François Ier s’inscrit dans une tradition d’implantation en France d’artistes originaires des Pays-Bas, parmi lesquels on trouve notamment Jean Clouet et Corneille de Lyon, portraitistes royaux. Faisant resurgir un pan méconnu de la Renaissance française, cette exposition explore la variété, les extravagances et la monumentalité d’un art aux influences septentrionales.
 
DÉCOUVREZ L’EXPOSITION

28 novembre
=>
15 janvier

Espace Niemeyer – siège du Parti communiste français présente

« Georges Marchais – L'Expo »

à l'occasion du 20e anniversaire de la mort de Georges Marchais

et en partenariat avec Charlie-Hebdo, Paris-Match, l'INA, l'Humanité, le conseil général du Val-de-Marne, Mémoire d'Humanité, Ciné Archives, l'Espace Niemeyer, la fondation Péri

le Parti communiste français vous invite à découvrir

« Georges Marchais : l'expo »

du 28 novembre au 15 janvier

 

.Il y a 20 ans disparaissait une figure emblématique de la vie politique française.

 

Clin d’œil chronologique, Georges Marchais est né la même année que le Parti communiste français (1920), qu’il dirigea de 1972 à 1994.

L’exposition revient sur le nouveau style qu’il imprima, ses prestations médiatiques, sa popularité, les rapports humains et fraternels qu’il sut entretenir avec une grande diversité.

Des photos inédites racontent sa jeunesse, son élégance ouvrière et pénètrent son intimité. Elles racontent également les regards profonds que Georges Marchais portait sur une foule, un homme, une femme, une personnalité.

L’espace « campagne 1981 » permet de redécouvrir la place qu’occupaient l’affiche politique et la communication audiovisuelle. Une trentaine d’affiches ont été réimprimées exceptionnellement.

L’espace « caricatures » permet de retrouver « le bon candidat » qu’était Georges Marchais.

Dans le bâtiment imaginé à la fin des années 60 par Oscar Niemeyer, « Georges Marchais – l’expo » nous fait rencontrer une personnalité marquante de l’histoire politique française contemporaine.

20 ans après sa mort, cet homme politique toujours aussi populaire nous captive, à travers une exposition énergique, combative, tendre et parfois surprenante…

Vous trouverez ci-joint :

L'affiche de l'exposition

L'invitation à l'inauguration de l'exposition

Le plan de l'exposition

* Entrée libre

Du lundi au samedi de 10h à 18h30 (28 nov. 2017 – 15 janv. 2018)

Sauf les sam. 23 et 30 décembre 2017 et sam. 6 janvier 2018.

 

L'espace Niemeyer – siège du Parti communiste français se situe :

2, place du Colonel-Fabien Paris 19e

M° Colonel-Fabien – ligne 2

---Solène Björnson-LangenResponsable du bureau de presse du PCFAttachée de presse de Pierre Laurent06.74.45.15.92.www.pcf.fr @PCF

Cliquez ici pour visualiser la pièce jointe : InvitationInaugurationMarchais.pdf
Cliquez ici pour visualiser la pièce jointe : AfficheMarchais.pdf


Si le lien ne fonctionne pas, cliquez ici pour recevoir un nouvel e-mail avec le(s) document(s) en pièce(s) attachée(s)
Si le message ne s'affiche pas correctement, cliquez ici


20 octobre
=>
19 janvier

La Bibliothèque Mazarine organise, du 20 octobre 2017 au 19 janvier 2018,

une exposition intitulée « Oser l'Encyclopédie : un combat des Lumières »,
à l'occasion de la mise en ligne de l'Édition Numérique Collaborative et CRitique de l'Encyclopédie (ENCCRE).

Informations pratiques :

  • Bibliothèque Mazarine, 23 quai de Conti, 75006 PARIS
  • Entre le 20 octobre 2017 et le 19 janvier 2018, du lundi au vendredi, 10h-18h
  • Entrée libre
  • Dossier de presse à télécharger à l'adresse suivante : http://www.bibliotheque-mazarine.fr...
24 octobre
=>
21 janvier



Lieux saints partagés
Coexistences en Europe et en Méditerranée

 

La question des identités religieuses est l’une des plus sensibles du XXIe siècle : à chacun son Dieu, ses écritures, ses saints, croit-on. Pourtant, depuis leurs origines, les trois monothéismes (judaïsme, christianisme, islam) partagent croyances, valeurs, rites, figures tutélaires ou sanctuaires. C’est l’objet de Lieux saints partagés, la prochaine exposition du Musée national de l’histoire de l’immigration qui se tient du 24 octobre au 21 janvier 2018 au Palais de la Porte Dorée.


Pour souligner et raconter ce qui rassemblent les trois religions révélées, Lieux saints partagés invite les visiteurs au voyage par une traversée contemporaine de Jérusalem à l’Europe continentale, en passant par les îles de la Méditerranée. En effet, malgré les dissensions théologiques, les circulations et migrations des populations d’une rive à l’autre de la Méditerranée ont favorisé et même nourri l’essor de lieux saints communs.
 
L’exposition propose également de (re)découvrir des personnages clés, véritables bâtisseurs de paix comme Louis Massignon, André Chouraqui, Paolo Dall’Oglio qui ont chacun oeuvré à la coexistence de communautés de croyance et au partage de lieux emblématiques.
 
Pensée pour susciter et éveiller la curiosité du grand public, Lieux saints partagés réunit oeuvres d’art, photographies, films documentaires ou objets ethnographiques. Présentée au Mucem à Marseille en 2015, l’exposition a fait l’objet d’une profonde réécriture afin d’élargir le propos à l’Europe. Elle présente ainsi une maquette inédite du projet House of one, commandée à ses architectes Kuehn et Malvelzzi, qui rassemblera à Berlin une synagogue, une église et une mosquée sous un même toit.
3 octobre
=>
21 janvier


"LES FORÊTS NATALES"

Arts d'Afrique équatoriale atlantique


L’Afrique équatoriale atlantique a donné aux arts africains quelques-uns de ses plus exceptionnels chefs-d’oeuvre. De la puissance plastique des Fang à l’élégance naturaliste des Punu, c’est près de 325 oeuvres de cette vaste région, qui sont réunies pour la première fois dans l’exposition « LES FORÊTS NATALES » Arts d’Afrique équatoriale atlantique au musée du quai Branly – Jacques Chirac. Ce grand ensemble de chefs-d’oeuvre, couvrant la période du 17e au début du 20e siècle, a vocation à démontrer les correspondances, mutations, et particularités, des formes et des arts de l’Afrique équatoriale atlantique, offrant ainsi un panorama de ses principaux styles artistiques, à la manière d’une histoire de l’art « classique ».

Le parcours de l’exposition reflète les déplacements des populations de l’Afrique équatoriale atlantique depuis le 14e siècle, allant du Nord au Sud. Il souligne les grands ensembles stylistiques, présentés en quatre parties : le Nord, l’Est, le Centre, et le Sud de l’Afrique équatoriale atlantique.

> LIRE LE DOSSIER DE PRESSE <

« LES FORÊTS NATALES » ? Formulation poétique en clin d’oeil à Guillaume Apollinaire*, le titre de l’exposition fait référence à la forêt équatoriale qui forme à la fois un contexte géographique et un milieu naturel unique et d’où les oeuvres présentées sont issues. Couvrant le sud de la République du Cameroun et de la République de Guinée équatoriale, la République gabonaise et l’ouest de la République du Congo, cette aire culturelle constitue le berceau d’une impulsion créatrice héritée de la tradition bantoue prenant forme dans une diversité de représentations qui s’illustrent dans deux types d’objets : les statues reliées aux cultes des ancêtres et les masques qui expriment les nombreux aspects des entités spirituelles intervenant dans le fonctionnement des sociétés.

* Vers tiré du poème Les Fenêtres de Guillaume Apollinaire, qui, dès le début du 20e siècle donnait une place fondamentale aux arts d’Afrique et d’Océanie, notamment en exprimant le souhait que les chefs-d’oeuvre extra-européens soient considérés au même titre que les plus beaux spécimens de la statuaire occidentale.

La présentation des oeuvres s’appuie sur la collection exceptionnelle du musée du quai Branly – Jacques Chirac, l’une des plus riches dans ce domaine, et est complétée par des œuvres emblématiques et souvent uniques des collections publiques et privées d’Europe et d’Amérique du Nord. Cette exposition a permis au musée du quai Branly – Jacques Chirac de réaliser différentes analyses scientifiques sur un corpus d’oeuvres d’Afrique équatoriale atlantique, apportant un nouvel éclairage sur les modes de production et la composition des oeuvres de cette région.



15 septembre
=>
22 janvier
Musée Jacquemart André    

LE JARDIN SECRET des HANSEN    la collection ORDRUPGAARD     
             
   une nouvelle fois , le Musée nous invite à découvrir une collection
privée exceptionnelle : celle d'un Danois Wilheim HANSEN, homme
d'affaire  1868 1936 et continuée par son fils  Henri 1870 1951. Avec
son épouse, il constitue en 2 ans 1916 1918 une collection unique en
Europe du Nord d'oeuvres des peintres français Manet, Monet, Renoir,
Cézanne, Gauguin... et construit un manoir au Nord de Copenhague : 
Ordrupgaard   qui va abriter la collection, mais une crise bancaire
oblige W.Hansen à vendre une partie de sa collection, l'Etat danois
refuse la prise en charge... des acheteurs japonais se précipitent,
eux, il réussit quand même à acheter quelques années plus tard, de
nouvelles toiles.  En 1951 la collection et son écrin revient à l'Etat
danois  qui en fait un musée.                                        
Une sélection de 40 tableaux  est présentée dans l'exposition , c'est un
parcours de rêve allant de COROT à MONET avec les pysages
français de PISSARO, SYSLEY GUILLOMIN   impressionnistes,     
MANET, REDON, GAUGUIN , MATISSE  avec des natures mortes audacieuses
s'ajoutent DEGAS  COURBET et le visage de la modernité RENOIR, MORIZOT,
CEZANNE et GONZALES élève de  Manet une place particulière à
GAUGUIN    (mariée à une danoise ) avec ses jardins
imaginaires.                      
www.musee-jacquemart-andre.com
18 octobre
=>
22 janvier


IMAGES BIRMANES
TRÉSORS PHOTOGRAPHIQUES DU MNAAG


Pour ce troisième rendez-vous avec la photographie ancienne, le MNAAG dévoile une centaine d’œuvres photographiques, images exceptionnelles de la Birmanie de la deuxième moitié du 19e siècle, et rare corpus jamais exposé auparavant.

La sélection a été réalisée à partir de l’ensemble du fonds birman acquis par le musée en 1989 et complété de nouvelles acquisitions de 1992 à 2015 ou enrichi par des dons récents. Le propos vise – à travers le regard exclusivement européen – à observer la Birmanie à l’époque des colonies britanniques, à inviter à un voyage exploratoire qui offre un récit aux multiples visages et aux paysages inattendus, parfois sauvages ou raffinés. Au fil de l’exposition, se croisent témoignages de monuments du 19e siècle, dont ceux édifiés en bois, pour certains jamais reconstruits, scènes de la vie quotidienne et regards portés sur quelques minorités ethniques, souvenirs de danseurs ou rares témoignages de l’aristocratie, ponctués par l’élégance des femmes birmanes. C’est tout un monde qui s’offre entre mutations et permanences, entre diversité des ethnies ou des sujets, et profonde unité du traitement photographique (la totalité du fonds est réalisée sur épreuve en albumine sur papier).

Aux côtés de J. Jackson, l’un des auteurs majeurs des photographies du fonds initial du musée, citons également l’album de Felice Beato, pièce remarquable acquise en 2015 par le MNAAG, ainsi que les épreuves du photographe allemand Philip Adolph Klier, lequel installa son studio à Rangoun dans les années 1870.

Un catalogue en coédition avec Cohen & Cohen publiera la totalité du fonds birman du musée à l’occasion de l’ouverture de l’exposition, et constituera l’ouvrage de référence des collectionneurs et des amateurs ainsi qu’un remarquable livre d’art.
29 juin
=>
28 janvier



NOUVEAU

Héritage inespéré. Une découverte archéologique en Alsace

 

En savoir plus

12 octobre
=>
28 janvier



Exposition Dans la peau d’un soldat. De la Rome antique à nos jours

Pour cette nouvelle exposition, le musée de l’Armée fait partager au visiteur le quotidien d’un soldat en campagne, dans ses aspects les plus pragmatiques, en couvrant une période chronologique d’une vaste ampleur et en s’intéressant aux besoins des militaires selon leur localisation, urbaine, désertique, tropicale ou sibérienne.
Communiqué de presse

4 octobre
=>
4 février



Bourdelle et l'Antique. Une passion moderne

Bourdelle et l’antique. Une passion moderne, invite à une relecture de la sculpture de Bourdelle – mais aussi de la production artistique des premières décennies du XXe siècle – à l’aune de l’archaïsme vecteur de modernité. Chez bien des artistes novateurs, les avancées procèdent de la résurgence d’un passé enfoui – en l’occurrence, celui de la Grèce la plus antique.

 
De l’énergie primordiale du mythe, des figures fabuleuses des temps archéologiques, des formes synthétiques de l’art grec archaïque, Antoine Bourdelle tire ses chefs d’oeuvre dans les années 1900- 1914. L’exposition réunit huit chefs-d’oeuvre du sculpteur qui scandent la naissance et le développement de cet archaïsme moderne : Pallas, Apollon au combat, Héraklès Archer, Tête de Cléopâtre, Le Fruit, Pénélope attendant Ulysse, Centaure mourant
 
Ce sont près de 150 oeuvres majeures – signées Bonnard, Brancusi, Cézanne, Maillol, Modigliani, Matisse, Picasso, Puvis de Chavannes, Rodin… – issues des collections du musée et de prêts inestimables (musée du Louvre, Petit Palais, musée d’Orsay, centre Pompidou, musées Picasso, Rodin, Matisse, Zadkine, collectionneurs privés) qui sont réunies pour ce projet unique.

Informations pratiques
Musée Bourdelle

18, rue Antoine Bourdelle
75015 Paris
01 49 54 73 73
www.bourdelle.paris.fr
29 septembre
=>
11 février

Exposition

ÊTRE PIERRE 

Anselmo, Brassaï, Giraud et Siboni, Paterson, Picasso, Zadkine…

29 septembre 2017 - 11 février 2018

Musée Zadkine


S’appuyant sur la très riche sculpture en pierre d’Ossip Zadkine (1888-1967), et à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa mort, l’exposition engage une réfl exion sur ce matériau de prédilection des artistes pour proposer une lecture transversale du lien intangible qui les unit au minéral depuis les origines.

 

Dans un contexte marqué par les préoccupations environnementales et un lien renouvelé de l’homme à son écosystème, ÊTRE PIERRE explore la part dynamique et vivante du règne minéral.

 

Pensé comme un récit et sans prétendre à l’exhaustivité, le projet mêle les générations et les mediums - sculptures, photographies, dessins, vidéos, films, intègrant également des objets archéologiques et des productions d’Arts premiers. À travers près de cent trente pièces et organisé en trois parties, il réunit plusieurs ensembles jalonnant la collection du musée Zadkine.

 
 

18 octobre
=>
18 février



A l'occasion du centenaire de la révolution russe, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) organise du 18 octobre 2017 au 18 février 2018 l'exposition "Et 1917 devient Révolution" à l'Hôtel national des Invalides.

Cette exposition événement, présentera des documents uniques – affiches, tracts, films, photographies, presse illustrée, objets collectés à chaud pendant les événements et permettant de comprendre comment 1917 devient « révolution ».

Par ailleurs, le centenaire de la révolution russe coïncide avec celui de la Bibliothèque-musée de la Guerre, devenue Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC).  Aujourd'hui, la BDIC propose à la consultation plus de 4,5 millions de documents dont 150 000 sont disponibles dans sa bibliothèque numérique, l'Argonnaute.

C'est toute la complexité de  la révolution de 1917 qui sera restituée grâce au patrimoine exceptionnel de la BDIC et des institutions partenaires en France, Russie et Géorgie.

Vous trouverez en pièce jointe le communiqué de presse de l'exposition.

Le dossier de presse
5 septembre
=>
18 février


JEAN GABIN DANS LA GUERRE
Du 5 septembre 2017 au 18 février 2018
Pendant la guerre l’icône de cinéma Jean Gabin troque sa légendaire casquette contre celle de fusilier marin. Engagé volontaire dans les Forces françaises combattantes en avril 1943, il rejoint la division Leclerc qu’il ne quittera pas, de Royan à Berchtesgaden. Une exposition documentaire réalisée par la Société des Amis du Musée Jean Gabin en partenariat avec le conseil départemental du Val d’Oise.
Entrée gratuite
En savoir +
4 novembre
=>
18 février
Un Orient sans mirages :
Georges Gasté (1869-1910)
Peintures et photographies


Dans la grande famille des Orientalistes, Georges Gasté (1869-1910) est un peintre et photographe atypique : alors que le voyage en Orient servait le plus souvent à reproduire en atelier les fantasmes de quelques uns, cet artiste a pleinement vécu l’Orient, immortalisant en reporter inspiré les populations locales qu’il côtoyait, en Algérie, puis en Egypte et en Inde.

Recherchant jusqu’à l’obsession l’émotion et la vérité, George Gasté a créé une œuvre vibrante et forte, qui affirme un regard d’auteur d’une surprenante modernité, notamment dans ses photographies.

L’exposition Un Orient sans mirages a été conçue comme une suite logique de celle que le Musée Lambinet a consacré du 20 mai au 16 juillet 2017 au peintre orientaliste André Suréda, composant ensemble une « saison orientaliste » à Versailles.

L’exposition consacrée à Georges Gasté répond à un double objectif : raconter l’histoire d’une vie et d’une œuvre confondues, mais aussi inviter des artistes contemporains, français et orientaux – Nadia Benchallal, Jean de Boysson, Jacques Chauchat, Hugues Decointet, Faisal Samra –, à réagir à l’œuvre de Gasté. Une manière de nous faire comprendre qu’à toutes les époques, des artistes ont créé des passerelles fécondes entre Orient et Occident, à l’image de ces peintures et photographies de Gasté, invitations au voyage, mystérieuses et poétiques, qui racontent un Orient à la charnière entre deux siècles, bien loin d’un mirage…

 

Commissariat : Aude de Tocqueville

Scénographie : Pierre David


Adresse

Musée Lambinet

54, boulevard de la Reine

78000 Versailles

Tél. : +33 (0)1 30 97 28 75

http://www.versailles.fr/culture/etablissements-culturels/musee-lambinet/


Horaires d’ouverture

Ouvert du lundi au dimanche, de 14h à 18h, sauf le vendredi et les jours fériés

Tarifs

6€ / 4€ (réduit)

Accès handicapés

Le musée Lambinet est partiellement accessible aux personnes en fauteuils roulants.

Ascenseur sur place.



1er décembre
=>
28 février


Exposition

L’Objet de la saison

Du 1er décembre au 28 février | Musée de la Vénerie

 

Découvrez à chaque saison un objet insolite des collections des musées de Senlis.

Un document imprimé est mis à la disposition du public.

 

L’Association des conservateurs des musées des Hauts-de-France s’associe au troisième volet de l’opération « Le Château de Versailles à Arras » intitulée « Napoléon, images de la légende », en partenariat avec la Région Hauts-de-France.
25 musées et structures culturelles des Hauts-de-France proposent une programmation à partir de leurs collections afin de montrer la vitalité de la création sous Napoléon : beaux-arts, mobilier, arts décoratifs, estampes, etc. mais aussi la fortune artistique et historique d’une personnalité complexe, qui fascine toujours autant, presque deux siècles après sa mort.

Carle Vernet (d’après), Chasse de Napoléon Ier au bois de Boulogne, huile sur toile, 1811-1812.

Du mercredi au dimanche, de 10h à 13h et de 14h à 18h, droits d'entrée du musée.


6 décembre
=>
12 mars



ENQUÊTES VAGABONDES
LE VOYAGE ILLUSTRÉ D’ÉMILE GUIMET EN ASIE


Des États-Unis au Japon et de la Chine à l’Inde, l’exposition évoquera l’extraordinaire voyage d’Émile Guimet, accompagné du peintre et illustrateur Félix Régamey.
De ce voyage crucial puisque préliminaire à la fondation du musée national des arts asiatiques – Guimet, le musée naîtra d’abord à Lyon puis à Paris. Dans sa recherche d’exhaustivité et dans sa volonté de comprendre les religions, l’érudit Émile Guimet rapporte un extraordinaire Panthéon bouddhique, vaste ensemble de variations autour de la figure du Bouddha. Insatiable collectionneur, il est l’une des plus étonnantes figures de son temps, qui aura marqué profondément l’histoire du goût pour les arts asiatiques en France. Cette itinérance d’Émile Guimet et de son compagnon de route, qui conçoivent le déplacement comme un voyage philosophique, sera aussi prétexte à une réflexion ouverte sur les premiers touristes des temps modernes.


En 1876, Émile Guimet (1838-1918), fils d’industriel lyonnais, fondateur du musée, retrouve aux États-Unis le peintre Félix Régamey (1844-1907), qu’il avait rencontré quatre ans plus tôt. Tous deux entament alors un voyage au long cours, décisif pour l’histoire du musée, qui va les conduire au Japon, en Chine, en Asie du Sud-Est, puis en Inde avant de retrouver l’Europe. Lors des différentes étapes, Guimet se renseigne auprès des érudits dans le cadre de son enquête sur les religions d’Extrême-Orient. Ces recherches l’amèneront à créer un musée pour lequel il acquiert de nombreuses œuvres d’art et manuscrits.

À ses côtés, Régamey trace des esquisses, un long travail à partir duquel, de retour en France, il réalisera de nombreuses œuvres à sujet asiatique.

Entre Émile Guimet, riche industriel lyonnais, orientaliste et collectionneur insatiable, et Félix Régamey, communard et dessinateur de presse, se noue une amitié qui alimentera aussi les premières années du musée de la place Iéna. À partir d’une sélection de peintures, toiles grand format, photographies, dessins, objets personnels, échanges épistolaires, l’exposition suit le voyage de ces deux personnalités atypiques : « dix mois qui éclaireront tout le reste de nos vies », dirent-ils.

Une programmation culturelle et artistique riche sera conçue en adéquation avec l’exposition. Pour la première fois, le musée s’associe à Gaumont Pathé archives et à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé pour présenter des films dans l’exposition, mais aussi déployer sur plusieurs lieux un cycle dédié à l’exotisme au cinéma, des premiers documentaires d’explorateurs aux plus grandes fictions d’aventure des années trente. Engager ces formes de collaboration rend toujours aussi d’actualité la volonté d’Émile Guimet de créer en 1889 « un musée qui pense, un musée qui parle, un musée qui vit ».

 

MCC  MNAAG Musée national des arts asiatiques – Guimet
6, place d’Iéna, 75116 Paris – tél : 01 56 52 53 44
Hôtel d'Heidelbach – 19 avenue d’Iéna 75116 Paris
Musée d’Ennery – 59 avenue Foch 75116 Paris
Métro : Iéna, Trocadéro, Boissière / Bus : n°30, 32, 63, 82
Stationnement : avenue Kléber, avenue George V (place de l'Alma)
Taxis : Avenue d'Iéna devant le musée
www.guimet.fr
16 décembre
=>
26 mars


Exposition-dossier Ludovic Napoléon Lepic, peintre et archéologue sous Napoléon III

Dossier de presse
8 décembre
=>
31 mars

Exposition
Hibakusha.
Dessins des survivants d’Hiroshima et de Nagasaki
Aux Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine du 8 décembre 2017 au 31 mars 2018
Les bombardements atomiques des 6 et 9 août 1945 ont détruit les villes d’Hiroshima et de Nagasaki, provoquant la mort de 140 000 personnes à Hiroshima et 70 000 à Nagasaki. Les hibakusha, terme qui désigne au Japon les survivants de ces deux attaques nucléaires, sont devenus les symboles d’une lutte contre la guerre et les armes atomiques à travers le monde.
En 1974, la chaîne de télévision publique japonaise NHK lance un appel à témoignages auprès des hibakusha et collecte 3 600 dessins. Précieux et fragiles, les originaux, exposés au musée du Mémorial de la Paix d’Hiroshima et au Musée de la Bombe Atomique à Nagasaki, ne peuvent pas quitter le Japon et ils n’avaient jamais été montrés au public européen jusqu’à aujourd’hui. L’exposition des Archives nationales présente environ 200 reproductions de ces dessins, témoignages directs des victimes, qui expriment leur ressenti intime de la catastrophe. Ces dessins qui s’apparentent à l’art brut constituent le matériau le plus émouvant qui soit pour sensibiliser chacun d’entre nous et notamment les plus jeunes à l’immense puissance destructrice de la bombe atomique.

Hibakusha. Dessins des survivants d’Hiroshima et Nagasaki est une exposition conçue et produite par les Archives nationales et le Centre Joë Bousquet et son temps, en partenariat avec le Mémorial de la paix d’Hiroshima, la chaîne NHK, le Musée de la Bombe Atomique de Nagasaki et les Archives municipales de Nagasaki.


Autour de l’exposition :
Du 8 décembre 2017 au 31 mars 2018, les Archives nationales proposent, sur leur site de Pierrefitte-sur-Seine, une programmation riche et variée autour de l’exposition Hibakusha. Dessins des survivants d’Hiroshima et Nagasaki : colloque, ateliers, visites guidées avec les commissaires de l’exposition, projections du film Dans un recoin de ce monde...
Le service éducatif des Archives nationales a conçu une adaptation de l’exposition à destination des publics enfants, scolaires et non scolaires également gratuite.



Dossier de presse
17 septembre
=>
15 avril

Au seuil de l’enfer

Dessins de Georges Horan-Koiransky Exposition, du 17 septembre 2017 au 15 avril 2018

 

Institution de référence pour la préservation et la transmission de la mémoire, le Mémorial de la Shoah célèbre en 2017 les 5 ans de son site, le Mémorial de la Shoah de Drancy. À cette occasion, il présente une exposition exceptionnelle consacrée à Georges Horan-Koiransksy (1894-1986), dessinateur industriel interné dans l’enfer de Drancy. 

Les 56 estampes publiées en 1947 dans son recueil Le camp de Drancy, seuil de l’enfer juif sont des documents historiques permettant d’illustrer l’internement dans ce camp majeur de la persécution des Juifs de France. Leur auteur est cependant resté ignoré, puisque son oeuvre, éditée sous pseudonyme, n’a pas rencontré le succès de son vivant et n’avait jamais été rééditée. Avec l’aide de ses proches, à l’issue d’un long travail de recherche et de documentation, le Mémorial de la Shoah de Drancy dresse enfin un véritable portrait de Georges Horan-Koiransky : ses croquis et dessins sont présentés accompagnés pour la première fois de courriers clandestins et officiels, documents administratifs et photographies, ainsi que d'extraits de son Journal d’internement inédit, écrit en 1943. L’exposition offre ainsi un « témoignage graphique » complet et unique.

 

En partenariat avec le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

 

TÉLÉCHARGER LE COMMUNIQUÉ DE PRESSE



7 décembre
=>
29 avril


BEATE ET SERGE KLARSFELD, LES COMBATS DE LA MÉMOIRE (1968-1978)

Entrée libre et gratuite

50 ans après la gifle administrée par Beate Klarsfeld en 1968 au chancelier ouest-allemand Kurt Georg Kiesinger et 40 ans après la publication en 1978 par Serge Klarsfeld du Mémorial de la déportation des Juifs de France, le Mémorial de la Shoah retrace pour la première fois le parcours de Beate et Serge Klarsfeld en faveur des victimes de la Shoah et de la connaissance historique, contre l’impunité d’anciens responsables de la Solution finale et contre l’antisémitisme.
 
Au-delà du combat d’un couple, d’une vie, la décennie 1968-1978 marque un tournant important dans l’évolution de la mémoire de la Shoah en Europe et dans le monde. L’action spectaculaire de Beate et Serge Klarsfeld, menée sur plusieurs continents, exerce un rôle majeur dans ce mouvement vers la reconnaissance. Alors que la guerre froide n’est pas terminée et que le contexte mondial est celui de profonds bouleversements culturels et politiques, le couple Klarsfeld s’engage et bouleverse le regard sur le nazisme et le génocide des Juifs en Allemagne et en France.
 
Après la publication de leurs mémoires en 2015, l’histoire et les motivations des engagements de Beate et Serge Klarsfeld sont restituées par l’exposition proposée par le Mémorial de la Shoah grâce à de nombreux documents et objets inédits, rejoignant celles de toute une génération dont ils deviennent les symboles.

Dossier de presse complet
5 octobre
=>
15 juillet

le musée de la Gendarmerie nationale (Melun) propose
« Les gendarmeries du monde »


Actuellement, 45 pays possèdent une gendarmerie ou une force assimilée. Si 32 pays ont conservé l'appellation « gendarmerie », d'autres ont opté pour des dénominations variées : carabiniers (Chili, Italie, Moldavie, Monaco), garde nationale (Portugal, Russie, Tunisie,), maréchaussée (Pays-Bas), etc. Mais toutes ces forces possèdent en commun des valeurs, une organisation et des missions marquées par la « militarité ».
C'est la première fois qu'autant de gendarmeries vont être représentées en un même lieu. Des pièces historiques exceptionnelles seront exposées à cette occasion (tenues du 19e siècle turque, argentine ou hollandaise, Harley Davidson suisse, drapeau d'une unité de la gendarmeria argentine ayant participé à la guerre des Malouines, etc.). De même, plusieurs unités de prestige seront mises à l'honneur (Garde rouge du Sénégal, Gendarmerie royale du Canada) ainsi que des gendarmeries méconnues (Cambodge, Vatican...).
C'est avant tout les missions actuelles de ces gendarmeries du monde qui seront présentées à travers de nombreux dispositifs audiovisuels et interactifs et des objets high tech.


Communiqué de presse

Dossier de presse
27 mars
=>
5 août


UNE NOUVELLE EXPOSITION-PHARE

À L'INSTITUT DU MONDE ARABE


L'ÉPOPÉE DU CANAL DE SUEZ
Des Pharaons au XXIe siècle



À partir du 27 mars 2018, l’Institut du monde arabe retrace l’une des plus passionnantes entreprises humaines : L’épopée du Canal de Suez. Des Pharaons à Ferdinand de Lesseps, du projet de Bonaparte à la nationalisation sous Nasser, cette saga extraordinaire de plus de 4000 ans est mise en scène dans une exposition-événement réunissant les personnalités puissantes, les défis surhumains, les anecdotes, les temps forts qui ont ponctués l’histoire singulière de ce lieu symbolique, jonction entre trois continents : l’Asie, l’Afrique et l’Europe.

Raconter cette histoire, c’est montrer l’Histoire du monde et des grandes civilisations qui se sont alliées et confrontées sur ce point névralgique du commerce entre les hommes, entre le Nord et le Sud, l’Est et l’Ouest. C’est aussi faire voir la renaissance à la fois politique, économique et culturelle du plus vieil Etat du monde qui est en même temps le premier d’un monde arabe en devenir.

Suivant un principe cinématographique, l’exposition propose une entrée en matière directe et immersive au visiteur en le plongeant au coeur de l’inauguration de 1869, puis lui fait remonter le temps en reprenant le développement historique de cette épopée. Objets archéologiques, maquettes, photographies, flms d’époques… ponctuent le parcours qui déroule l’Histoire de l’Égypte et celle du monde dans cette exposition-fleuve qui part des Pharaons pour entrainer les visiteurs jusqu’aux aux tous derniers travaux contemporains d’extension et de dédoublement.
 COMMISSARIAT :


12 décembre
=>
19 août

PALAIS DE LA DÉCOUVERTE

PASTEUR, L'EXPÉRIMENTATEUR

L’exposition Pasteur, l’expérimentateur, présentée du 12 décembre 2017 au 19 août 2018 au Palais de la découverte, revient sur l’homme et le travail du scientifique ; elle cherche à expliquer le contexte de ses travaux, de ses découvertes et de leurs applications, au-delà de la légende. Une exposition qui trouve tout son sens au Palais de la découverte qui, dès son ouverture en 1937, présentait une salle consacrée aux travaux de Pasteur, élaborée sous la direction de Louis Pasteur Vallery-Radot, son petit-fils. En ce 80e anniversaire du Palais, Louis Pasteur est à nouveau à l’honneur, dans un parcours à la fois chronologique et thématique.

Accessible dès 9 ans, l’exposition rassemble des films, des éléments interactifs, des reconstitutions de scènes de l’époque, des maquettes animées et un théâtre optique qui racontent l’histoire de Louis Pasteur et celle de ses travaux. La référence théâtrale est ici filée, renvoyant aux mises en scène orchestrées par Pasteur pour diffuser ses résultats, à ses démonstrations scientifiques publiques et ses communications empreintes d’une tension volontairement dramatique. Grands rideaux en velours, gradins, un prologue, sept actes et un épilogue composent la scénographie de ce parcours.


En collaboration avec l’Institut Pasteur et avec le soutien de Sanofi Pasteur

Communiqué de presse



CINEMA - DVD

  Le groupe de travail « Mémoires, histoire, archives » de la Ligue des droits de l'Homme vous informe

  • Le film, Mémoires d’un condamné, de Sylvestre Meinzer, qui porte sur une affaire, l’affaire Jules Durand, qui a été jugée par la Ligue des droits de l’Homme en 1911 d’une importance essentielle après l’affaire Dreyfus, est sorti en salles. 

La presse en parle :

Le Monde : « Un cadavre ouvrier dans le placard politique » Jacques Mandelbaum

L’Obs : « La petite-fille de Durand s’exprime, la solidarité des ouvriers existe, peu à peu émerge le passé des luttes… Petit film, grande émotion » François Forestier

L’Humanité : « L’affaire Jules Durand, un crime judiciaire » Dominique Widemann

Le Canard enchaîné : « Dans la ville d’Edouard Philippe, il y a toujours un boulevard Jules Durand » Jean Luc Porquet

Télérama : « Ce documentaire en forme d'enquête dans les rues du Havre auprès des personnes qui auraient pu croiser Jules Durand est si exemplaire qu'il fait rêver à une adaptation fictionnelle par Robert Guedigian ou Ken Loach » Jeremy Couston

 

Les historiens, responsables associatifs et syndicaux destinataires de ce message qui accepteraient de participer à un prochain débat autour de ce film sont invités à nous le signaler rapidement.

 

Des séances-débat ont déjà eu lieu :


Montreuil - Cinéma "Le Mélies" - jeudi 2 novembre en soirée débat avec Gérard Filoche

Paris - Cinéma "La Clef" -  vendredi 3 novembre 20h00 - Rencontre avec Henri Leclerc de la Ligue des Droits de l'Homme - lundi 6 novembre à 20h15, en présence de Sylvestre Meinzer et des Amis de l’Humanité.

D’autres sont en préparation :

Saint Ouen L'aumône (95) - Cinéma  Utopia - jeudi 7 décembre, en présence de Sylvestre Meinzer et Jean-Pierre Levaray, ouvrier syndicaliste, écrivain, coordinateur de l'ouvrage "Le Havre La Rebelle"

Et bientôt de nouveau au Cinéma "Le Méliès" à Montreuil…

Le dossier de presse : ci-joint

Le film-annoncehttps://vimeo.com/204012939

Pour plus d'info: 

https://memoiresduncondamne.com/

https://www.facebook.com/memoiresduncondamne/

"L'Affaire Jules Durand est l'un des cas les plus violents de la Justice de Classe que l'on puisse imaginer !" Jean Jaurès.


25 octobre

Après avoir créé une très forte impression, lors de la programmation ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) au Festival de Cannes 2017, Sans Adieu sortira dans les salles de cinéma à partir du 25 octobre prochain (cf. dossier de présentation en pièce jointe).

En partenariat avec Le Monde, Télérama et France Culture.

Avec les soutiens de La Ligue des droits de l'Homme et de Signis (Conseil pour la communication de la Conférence des Évêques de France) et du Service national de la mission en monde rural de la CEF.

Le relais de l'information par la Confédération paysanne, Solidarité Paysans et ATD Quart Monde...

Téléchargement de Convergence - magazine du Secours populaire, mettant Claudette, la principale protagoniste du film, à la Une de son numéro de septembre - octobre 2017 : ici


18 octobre
=>
26 novembre

L'URSS des cinéastes
1917-1945
1ère partie

Présentation et Programme

 

Juin 1944. Les 48 heures précédant le Débarquement qui scellèrent le destin de Winston Churchill et du monde

Parenthèse Cinéma accompagne le film CHURCHILL qui sortira au cinéma le 31 mai.

Nous proposons aux enseignants un dossier pédagogique complet téléchargeable http://po.st/churchilldp, base de travail dans le cadre de l'étude du film avant et après l'avoir vu au cinéma.

Des activités en anglais sont proposées également dans ce dossier, rédigé par des enseignants.

Pour accéder directement à la bande annonce cliquer : https://youtu.be/82kgyMRgQD0


Sommaire du dossier pédagogique :

- Présentation de l’intérêt pédagogique du film

- Contribution d’Olivier Wieviorka, historien français, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale

- 6 fiches d’activités détaillées et en lien avec les programmes pour les classes de 5ème, 3ème, 1ère de terminale autour des thèmes : • Mythes et Héros de la Seconde Guerre mondiale • Portrait physique et moral de Winston Churchill • Le discours • Repères chronologiques de la vie de Churchill
- Des propositions d’activités rédigées en anglais niveaux B1- B2

- Et pour aller plus loin : filmographie, sitographie, bibliographie

 

LES JOURS HEUREUX

Dossier pédagogique 
du film de Gilles Perret, concernant le programme du Conseil National de la Résistance. Il est à destination des enseignants des collèges et des lycées.

Synopsis

Les professeurs peuvent également commander gratuitement des livrets sur le Conseil National de la Résistance édités par le CIDEM (Centre d'Information civique) sur cidem@cidem.org, avec le soutien de la Ligue de l'Enseignement.

  DVD Résister dans les camps nazis :

Témoignages de 8 déportés juifs, du ghetto de Lodz, des camps d’Auschwitz-II-Birkenau, Auschwitz III-Monowitz et Kommandos, Buchenwald, Bergen-Belsen…, témoins ou acteurs de faits de résistance dans les camps nazis. Une aide à la préparation du concours de la Résistance et de la Déportation 2011-2012.
Le DVD est réalisé par le Cercle d’étude et l’Union des déportés d'Auschwitz.
Le demander à nicole.mullier[at]clionautes.org (remplacer at par @)
Fournir une adresse postale
Le DVD "Résister dans les camps nazis" est gratuit pour les professeurs et élèves préparant le concours 2012, donc jusqu’en mars 2012. Pour les autres, une PAF de 10 euros est demandée.
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article194
--
http://www.cercleshoah.org/

DIVERS

  Professeur au lycée Buffon (Paris XVe), je tiens à faire savoir que le lycée propose le prêt gratuit d'une exposition de 14 panneaux couleur consacrée au débarquement du 6 juin 1944.
Ce travail a été réalisé par le Club Histoire du lycée avec le concours du Musée de la Poste.
Les panneaux encadrés et sous protection  plastique s'accrochent. C'est un travail assez complet associant des textes synthétiques, des cartes et des photographies que  les établissements intéressés peuvent exposer pendant  une semaine. Il suffit de prendre contact avec le  lycée Buffon.

01 44 38 78 70


Claude Basuyau (animateur du Club histoire)
 

Le Centre de Philatélie instructive de l'Education nationale réalise une revue culturelle et envoie des timbres aux écoles, collèges et lycées adhérents. Son site internet propose des outils et fiches pédagogiques illustrés par les timbres pour les classes. Pour tout renseignement complémentaire et contact, s'adresser à André Kloetzlen, 13 rue Lavoisier, 91600 Savigny-sur-Orge.

Site internet : http://philatelie-educative-cpien.e-monsite.com


awmdata